Le 11 février 2017 avait lieu le Rendez-vous du logement social. Une cinquante de partenaires issus de tous les milieux étaient présents pour écouter, réfléchir et discuter sur la question du logement social.

Bilan du Rendez-vous

Résumé de la journée

Partenaires, élus municipaux et organismes étaient réunis le 11 février dernier au centre Trinité-sur-Richelieu à Beloeil pour le 1er événement sur le logement social dans la Vallée du Richelieu. Ce rendez-vous a réuni 48 acteurs ayant une responsabilité et un intérêt pour la question du logement social sur le territoire. Conférences et échanges sur le logement social étaient au menu de la journée.

Des invités de marque!

En ouverture, le Maire de la Ville de Mont-Saint-Hilaire, Monsieur Yves Corriveau a rappelé l’importance pour les municipalités et les représentants du milieu de collaborer étroitement au développement du logement social et abordable.  De plus, il a présenté le projet présentement en cours à l’Office Municipale d’habitation de Mont Saint-Hilaire de conversion de 66 unités de logement aînés en logements familles. Il a soulevé les différentes difficultés rencontrées dans le cadre de ce projet, que ce soit au niveau de l’acceptabilité sociale du projet dans le quartier ou  des obstacles financiers pour mener à terme le projet. Monsieur Corriveau a réitéré sa volonté de poursuivre les discussions autour du logement social en collaboration avec les municipalités de la Vallée-du-Richelieu.

Madame Suzanne Dansereau, mairesse de Contrecœur et présidente de la Commission sur le logement social de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a présenté l’apport de la CMM en matière de planification, de coordination et de financement du logement social. La CMM représente 82 municipalités et 14 MRC. Le financement du logement social est un modèle unique au Québec.  Les gouvernements du Québec et du Canada élaborent les programmes et en assurent en grande partie le financement. Les municipalités sont également impliquées dans la gestion de certains programmes et dans leur financement. Les Offices municipaux d’habitation (OMH) sont les gestionnaires des HLM et du programme de supplément au loyer (PSL). Les citoyens, groupes communautaires et les OMH peuvent initier des projets de logements abordables dans le cadre du programme Accès Logis.

Dans le cadre du projet de loi 83, le gouvernement désire inciter les OMH à se regrouper, sur une base volontaire mais étroitement superviser par le gouvernement, afin de regrouper HLM en zone de plus de 100 unités. La CMM souhaite que cette réforme respecte l’intégrité du mode de financement et d’attribution du logement social et doit être affirmé dans la loi. Ce respect doit passer par la création d’offices dont les limites coïncidente avec la CMM ou par la mise en place de modalités particulières en matière de la gestion financière et de la gestion des listes d’attente. La faisabilité, l’efficacité et l’acceptabilité des citoyens de ces moyens devant être évaluées.

Par la suite, Monsieur Richard Ryan, conseiller municipal et porte-parole en matière d’habitation de Projet Montréal nous a parlé de son expérience dans la création de logement social dans le quartier Mile End du Plateau Mont-Royal à Montréal. M. Ryan nous a parlé de l’importance de la mixité sociale dans les quartiers via un maintien et un meilleur accès au logement.  Cette mixité a pour but de pour favoriser la synergie dans les quartiers et de favoriser le développement des commerces. Cette mixité entraine plus facilement l’acceptation sociale des projets en logements sociaux. D’ailleurs, le conseil d’arrondissement du Plateau Mont-Royal a développé une façon de faire qui incite les promoteurs à inclure du logement social et abordable dans leurs projets; 60% en logements privés, 20% en logement abordable et 20% en logement social. Aucune loi officielle ne régit cette pratique, par contre, au moment où un promoteur dépose une dérogation à la ville pour son projet (par exemple, excès de l’hauteur permise de la construction, dézonage, etc..), le comité d’urbanisme qui évalue la demande impose les quotas ci-haut mentionnés. L’arrondissement s’assure donc de mettre en place du logement social lors de demandes dérogatoires.

Monsieur Michel Joly, directeur des relations avec le milieu de la Ville de Salaberry-de-Valleyfield nous a parlé du soutien important de la municipalité dans le développement de projets de logements abordables. Dans leur politique sur le logement, la municipalité de Salaberry-de-Valleyfield a comme objectifs de favoriser la construction de logements abordables et de coopératives d’habitation, entre autre par la présence d’un fond dédié au logement. À ce propos, lors de la présence de surplus budgétaire, la ville investit 100 000$ dans ce fond annuellement. La municipalité octroi fréquemment des terrains aux promoteurs de logements abordables, ainsi que des congés de taxes municipales. Monsieur Joly a aussi parlé des partenaires financiers tels qu’Hydro-Québec avec des crédits pour le volet énergétique des nouvelles habitations, la Caisse Desjardins de Salaberry-de-Valleyfield très impliquée comme donateur ainsi que le CLD Beauharnois-Salaberry qui a même son fond en économie sociale octroi des montants allant jusqu’à 40 000$. Monsieur Joly nous a démontré que la ville de Salaberry-de-Valleyfield investit dans le logement social et tente de s’assurer de loger convenablement ses citoyens.

Également présent, Monsieur  Allan Gaudreault, analyste-conseil à la Conférence Régionale des Élus (CRE) de la Montérégie a présenté le portrait des facteurs de développement sur le logement social. Le taux d’effort des ménages à se loger, c’est-à-dire ceux qui dépensent plus de 30% de leur revenu pour se loger, concerne plus du tiers des ménages locataires dans la Vallée du Richelieu.  Monsieur Gaudreault a aussi présenté le logement social au Québec, soit les logements appartenant à la Société d’Habitation du Québec (par le biais des OMH) et les programmes d’aide disponibles, de même que le logement communautaire, projets qui appartiennent à des COOP ou des organismes sans but lucratif ainsi que leurs programmes d’aide disponibles. Il souligne qu’il y a deux fois moins de logements sociaux en Montérégie est que la moyenne du Québec. De plus, il rappelle le besoin en logements sociaux pour les familles et les individus à besoins particuliers. Finalement, Monsieur Ryan convient que la mobilisation des partenaires autour du logement social est un facteur de succès pour la création de logements sociaux et abordables.

Réfléchir ensemble !

En après-midi, les partenaires ont réfléchi sur le développement d’un projet de logement de transition ainsi que sur la gouvernance locale et la fusion des OMH.

Les discussions des participants concernant le logement de transition ont permis de dégager des constats intéressants notamment sur le type de clientèle à desservir, les partenaires devant être mobilisés et les ressources devant être mises en place pour la réinsertion sociale des individus passant par le logement de transition.  Le comité logement s’est engagé à déposer une demande formelle auprès de l’OMH de Mont-Saint-Hilaire pour le début du printemps 2016.

Un autre groupe de participant s’est penché sur la question de la gouvernance municipale et de la fusion des Offices municipales d’habitation. Pour orienter la réorganisation du réseau de l’habitation sociale prévu pour 2017, les participants ont souhaité attirer l’attention des élus sur le maintien d’un service à l’échelle humaine et l’importance du soutien communautaire en HLM.

Un premier rendez-vous réussi!

Au terme de cette journée, les acteurs interpelés par la question du logement social dans la Vallée du Richelieu ont pu s’inspirer de municipalités proactives dans le développement du logement social, d’intervenants qui ont a cœur le développement des communautés par l’accès au logement abordable et la mixité sociale au sein des populations.

Suite aux réponses des participants au questionnaire d’appréciation du rendez-vous du logement social, nous pouvons conclure que les objectifs de la journée ont été atteints, autant par la satisfaction des participants que par la qualité du contenu et des présentations et ateliers. Plus de 95% des répondants qualifient cette journée d’utile pour le développement, en partenariat, de projets en lien avec le logement social.

Rappelons que le Regroupement pour le Développement Social de la Vallée (RDSV) est une instance de concertation et multi réseau visant à soutenir la mobilisation des acteurs locaux et agir comme levier dans l’amélioration des conditions de vie des citoyens.